Recolte, lavage et sockage

Le materiel

Pour la récolte, je travaille essentiellement avec le landau de cueillette "caisses en long" de chez Toutentub, équipé d'une petite échelle 4 marches très pratique pour les tunnels. Les caisses de récolte de 40 x 60 cm sont bien maintenues sur le landau, et c'est très ergonomique car le landau est stable sur ses 4 roues, il n'y a donc qu'à le pousser ou le tirer, contrairement aux brouettes dont il faut lever les bras à chaque déplacement.

Pour récolter les haricots rames, les tomates, les poivrons, les aubergines et les concombres, j’utilise parfois un panier de récolte de 15L avec un harnais. C’est très pratique dans les tunnels, en complément du landau.

J'utilise des caisses de récolte en plastique qui s'empilent dans un sens et s'encastrent dans l'autre.

 

L'organisation

Le principal jour de récolte est le jeudi, car le vendredi nous commercialisons les paniers et le samedi matin nous faisons le marché. En pleine saison, je commence à récolter le mercredi les légumes qui se gardent plus facilement, pour avoir le temps de tout récolter.

 

Concretement...

Dès que j’ai rempli une ou deux caisses, je les emmène jusqu’à l’abri de jardin pour que les légumes restent à l’ombre, et je les brumise au besoin. J’ai construit des tables en bois sur les bords de l’abri de jardin, ce qui me permet de ne pas me pencher pour poser ou soulever les caisses de légumes.

Pour les légumes que je lave au jet d’eau (carottes, radis, navets, betteraves), je glisse les caisses jusqu’à la baignoire, je lave les légumes au jet, et je replace les caisses de légumes lavés de l’autre côté de la baignoire. Je lave ces légumes directement après la récolte, car ils se lavent très bien à ce moment-là. Si j’attends plusieurs heures et que la terre sèche, je passe plus de temps à les laver pour un moins bon résultat.

Pour les carottes, une partie de la racine est dans le mulch de compost, ce qui facilite grandement la récolte. Je ne produis que des carottes nantaises en bottes, et je les récolte simplement en les tirant par les fanes. Elles s’arrachent très facilement et je n’ai presque jamais besoin d’utiliser une fourche bêche pour les récolter.

Pour les pommes de terre nouvelles, les tubercules poussent en grande partie dans le mulch de compost, et il me suffit également de tirer les pommes de terre par le feuillage, puis de remuer un peu le mulch pour récolter l’intégralité des pommes de terre.

 

Les choix a faire a chaque recolte

Mon objectif est d’être le plus régulier possible dans les légumes que je propose à mes clients, et de leur proposer le plus grand choix possible pour leur intérêt autant que pour optimiser mon chiffre d’affaires. J’essaie donc de réaliser mon plan de cultures de manière à récolter chaque semaine une quantité et une diversité similaires de légumes.

Je sais que je dois récolter chaque semaine environ 60 kg de haricots verts, 100 bottes de carottes, 150 laitues, 15 kg de mesclun, etc. Je récolte donc sur les planches les plus “mûres” ces différents légumes, et généralement le calibre et la maturité sont bons sauf si j’ai fais une erreur dans mon plan de cultures. Si c’est le cas pour un légume, je décide alors si je cueille ce légume avec un calibre plus petit ou bien si je le retire de la vente en attendant qu’il mûrisse.

Concrètement, la question se pose essentiellement pour moi pour les légumes suivants :

  • Les laitues, que j’aime vendre avec un poids moyen de 350g. Si la planche que je dois cueillir cette semaine n’a pas ce calibre moyen, généralement je récolte quand même et je vends deux laitues au prix d’une, pour satisfaire mes clients
  • Les betteraves, qui est un légume que je néglige trop souvent. Je n’en ai parfois pas à la vente pendant deux semaines car j’ai un “trou” entre deux planches de betteraves, c’est-à-dire que j’ai fini de récolter une planche et que la prochaine n’est pas encore mûre (j’aime avoir un calibre d’une dizaine de cm de diamètre pour une betterave). Contrairement à la laitue ou à la carotte, la betterave n’est pas un légume très populaire. Cela ne pose pas de problèmes à mes clients si je décide de ne pas leur en proposer pendant deux semaines.
  • Pour les tomates, aubergines et poivrons, je récolte chaque semaine les fruits qui sont bien mûrs, c’est-a-dire bien colorés pour les tomates, et d’un bon calibre pour les aubergines et les poivrons.
  • Pour les pommes de terre nouvelles et les oignons de conservation, qui sont les seuls légumes que je peux conserver plusieurs semaines, je les récolte en une seule fois dès que le calibre me satisfait. Pour les pommes de terre je fais attention à ne pas trop tarder dans la saison pour éviter les risques de mildiou, et pour les oignons je les récolte courant août, dès que le beau temps est annoncé pour plusieurs jours afin de pouvoir les faire sécher quelques jours sur leur planche de culture avant de les rentrer pour terminer le séchage à l’abri.

 

Le stockage

Je ne dispose pas de chambre froide, mais d’une pièce semi-enterrée qui reste relativement  fraîche en été. J’y stocke la grande majorité des légumes entre la récolte et les paniers ou le marché, empilés dans les caisses de récolte. Les courges sont stockées dans une pièce tempérée, ainsi que les oignons, étalés dans des cagettes bien ventilées après avoir été séchés au soleil pendant plusieurs jours. Je ne sèche pas l’ail car tout ce que je produis aujourd’hui est vendu en ail frais.